Côte et rareté des cartes (suite)
Le Petit Guide des Jeux de Cartes à Collectionner en Français
Suivre LePGJCCF sur Twitter
Articles

Côte et rareté des cartes : un peu d'arithmétique pour essayer de comprendre les choses

Côte et rareté des cartes : il n'y a pas que Magic...

Côte et rareté des cartes

Il n'y a pas que Magic...

article précédent

Dans le premier article de cette série, nous avons expliqué qu'il ne fallait pas confondre la rareté, élément objectif et calculable, et la côte qui prend certes en compte la rareté, mais comporte une grande part de subjectivité liée à l'influence de la loi de l'offre et de la demande, des effets de mode, etc. Nous avons montré comment on pouvait évaluer la partie objective de la côte, sous la forme de valeurs théoriques des carte dérivées de leur seule rareté. Et pour illustrer ce calcul, nous avons donné les valeurs théoriques de toutes les catégories de rareté de toutes les éditions de Magic depuis la 4ème.

Dans cet article, nous allons, après un bref rappel des principes du calcul, appliquer la méthode à d'autres jeux, qui pour certains présentent des particularités intéressantes, à savoir Spellfire et Guardians (en attendant d'autres qui viendront un jour ou l'autre).

Rappel des principes

La valeur théorique d'une carte d'une catégorie de rareté donnée est calculée de la façon suivante : la valeur théorique d'une carte est égale au prix moyen d'une carte (prix d'achat du paquet divisé par le nombre de cartes qu'il contient) multiplié par un "coefficient de rareté" propre à chaque catégorie de rareté ; ce coefficient de rareté est de la forme A/B, où :

A et B étant des pourcentages, le coefficient A/B est tel que la somme des valeurs théoriques des cartes contenues dans un paquet est bien égale au prix d'achat du paquet. Ces valeurs théoriques représentent en fait la part de chaque carte dans le prix total du paquet, et rien de plus.

Spellfire

Les starters

Pour commencer nous allons prendre un cas très simple.

Les starters Spellfire sont composés de 2 paquets de 55 cartes chacun, soit 110 cartes au total, se décomposant en :

Avec ça, nous pouvons calculer les coefficients B de chaque catégorie de rareté. Quant aux coefficients A, il nous suffit de savoir qu'il y a 400 cartes possibles, se décomposant en 50 royaumes, 150 Communes, 100 Inhabituelles et 100 Rares. Sachant que le prix généralement constaté d'un double starter est de 79 F, nous avons tout ce qu'il nous faut pour calculer nos valeurs théoriques (voir tableau 1).

Tableau 1 : Valeurs théoriques des cartes d'un starter Spellfire VF

Finalement, on pourrait dire que, si l'on regarde le prix de chaque carte, même les plus rares, Spellfire n'est pas un jeu cher... Mais regardons un peu du côté des boosters !

Les boosters

Composition d'un booster, vendu 22 F : 15 cartes, se décomposant en :

Passons tout de suite aux résultats (tableau 2).

Tableau 2 : Valeurs théoriques des cartes d'un booster Spellfire VF

Le tableau 3 compare les valeurs trouvées pour les starters et pour les boosters.

Tableau 3 : Valeurs théoriques des cartes Spellfire V.F.

Alors qu'avec Magic, nous étions habitués à trouver des valeurs théoriques très proches entre starters et boosters, on voit que la dispersion est ici beaucoup plus grande. Cette dispersion se constate en valeur absolue (de 0,49 F à 1,10 F pour une C, de 0,99 F à 1,47 F pour une I, de 1,98 F à 2,93 F pour une R), et la cause en est le prix disproportionné des boosters (22 F pour 15 cartes, soit un prix moyen de 1,47 F par carte) par rapport aux starters (79 F pour 110 cartes, soit 0,72 F par carte). Mais dans tous les cas, les valeurs théoriques sont faibles, par rapport à celles que l'on trouve pour d'autres jeux, ce qui permet plus facilement de trouver un terrain d'entente pour une transaction.

Si on regarde les valeurs relatives, l'analyse des starters donne la relation :

1 R = 2 I = 4 C = 4 r

alors que si on regarde les boosters, on trouve :

1 R = 2 I = 2 S1 = 3 C

ce qui peut être une source de problèmes pour les échanges si l'on essaye d'échanger des R contre des C. La solution sage consiste alors à échanger :

 

Guardians

Les starters

Les choses vont sérieusement se compliquer ici. Un starter Guardians V.F. de 60 cartes, vendu 55 F, se compose :

Sur ces 28 cartes, on trouve donc en moyenne :

En fait, il nous faut corriger ces chiffres "officiels". L'une des cartes U2, le "Hacheur" est bien imprimé deux fois, mais une fois avec simple liseré au dos et une fois avec double liseré. Chacune de ces deux variétés de "Hacheur" est donc en fait une U1. Il y a donc en pratique 70 U1 différentes (en distinguant les deux variétés de "Hacheur") et seulement 15 "vraies U2". Donc sur les 10 cartes inhabituelles d'un starter, on trouve en moyenne :

Avec 2 cartes rares dans un starter, on doit donc trouver en moyenne :

En ce qui concerne les terrains Ts, il faut signaler que 2 cartes présentent des variantes d'intitulés : ainsi "Marécage" existe aussi avec l'intitulé "Marécages" (au pluriel), et "Rivières et Lacs" existe aussi sous la version "Rives et Lacs". Et, bien que je ne connaisse pas la proportion exacte de ces variantes, une statistique portant sur 165 cartes Ts issues aussi bien de starters que de boosters indique la présence de 5 "Marécages" et d'une seule "Rives et Lac", ce qui semble clairement indiquer que ces deux variantes n'ont même pas la même rareté. Si nous voulons être précis, nous devons donc considérer 5 catégories de rareté :

A défaut de connaître la règle, nous allons nous appuyer sur la statistique pour déterminer la fréquence d'apparition de ces cartes dans les 6 cartes Ts d'un starter [mais si quelqu'un peut me communiquer la règle exacte d'apparition de ces cartes, c'est-à-dire la composition de la planche utilisée pour les imprimer, je m'engage à mettre à jour cet article] :

Tableau 4 : Distribution statistique constatée des différents types de cartes terrains à liseré simple
dans un starter Guardians V.F.

Maintenant, nous sommes prêt à faire un grand tableau pour calculer les valeurs théoriques de toutes ces catégories de rareté :

Tableau 5 : Valeurs théoriques de toutes les catégories de rareté d'un starter Guardians V.F.

Les boosters

Maintenant que nous avons déblayé le terrain des multiples catégories de rareté de Guardians, nous allons pouvoir traiter des boosters sans trop de difficultés, car ils n'utilisent qu'une partie des catégories de rareté précédentes, sans en introduire de nouvelle. Ils sont vendus 17 F et leur composition est la suivante (14 cartes) :

D'où le tableau des résultats :

Tableau 6 : Valeurs théoriques de cartes d'un booster Guardians V.F.

Si l'on compare les chiffres obtenus pour les starters et pour les boosters, on constate des prix sensiblement proches, malgré une répartition différente dans les boosters qui conduit à attribuer des valeurs inférieures aux cartes rares et à surévaluer les autres cartes, en particulier les terrains.

En résumé


Jean-Pierre Queille
71, avenue de Mont-Louis
31240 L'UNION
France
[send mail]
Suivre LePGJCCF sur Twitter

 

Ce site utilise le système Google Analytics. Lire l'avertissement relatif au respect de la vie privée.